Une lionne décevante à Chaillot

Plus de détails

Instagram

Chaillot, théâtre national de la danse. Paris. 2-II-2023. Dans le cadre de la Biennale d’art Flamenco. L Leona. Idée originale, direction artisitique, direction musicale et chorégraphie : Olga Pericet. Mise en scène et conseil en création : Carlota Ferrer. Musique originale et arrangements : Jose Manuel León, Alfredo Mesa, Juanfe Pérez. Avec : Olga Pericet (danse-, Jose Manuel León et Alfredo Mesa (guitares), Juanfe Pérez (basse), Roberto Jaén (percussions), Israel Moro (chant). Création de l’espace sonore : Sandra Vicente. Création lumière : Gloria Montesinos. Création costumes : Olga Pericet, Carlota Ferrer.

Instagram

Olga Pericet lance la Biennale d’art Flamenco à Chaillot avec La Leona. Entourée d’un talentueux quintet, la chorégraphe se perd un peu dans une mise en scène trop théâtralisée.

, Une lionne décevante à ChaillotLa Leona, c’est la lionne, mais c’est aussi la guitare espagnole moderne, inventée en 1852 par le célèbre luthier et musicien sévillan, Antonio de Torres. Omniprésent sur scène, cet instrument iconique et indissociable du flamenco, est l’inspiration principale du spectacle imaginé par Olga Pericet. C’est aussi le corps de la danseuse qui se met en scène, tantôt féline forte ou fragile, tantôt partiellement dénudée ou accessoirisée de l’instrument fétiche. Créé en 2022 à la Biennale de Séville, La Leona revient à Chaillot en ouverture de la Biennale d’art flamenco, avec un impressionnant groupe de musiciens (guitares, basse, percussions et chanteur).

Même si on a aimé l’énergie communicative qui circule entre les membres du groupe et qui arrive à un beau paroxysme final, la pièce traîne en longueur en son milieu, avec des mises en scène sans véritable ligne directrice. Olga Pericet enchaîne les morceaux de bravoure usant de tous les classiques du flamenco (castagnettes, mouvements de jupe et zapateado), mais elle semble se perdre parfois avec des tentatives de samba brésilienne, de jazz manouche voire de danse contemporaine qui n’apporte pas grand chose. Cela semble d’autant plus déplacé qu’elle a sa disposition de très bons musiciens et un chanteur, Israel Moro, qui irradie et apporte encore plus d’intensité au spectacle. Olga Pericet a pour ambition de proposer un flamenco des contraires : sombre et lumineux, féminin et masculin, inquiétant et beau. Mais à force de vouloir tout jouer, la danseuse-chorégraphe manque son but et donne raison à l’adage : « qui trop embrasse mal étreint ».

Crédit photographique : © Paco Villalta

(Visited 70 times, 1 visits today)

Plus de détails

Instagram

Chaillot, théâtre national de la danse. Paris. 2-II-2023. Dans le cadre de la Biennale d’art Flamenco. L Leona. Idée originale, direction artisitique, direction musicale et chorégraphie : Olga Pericet. Mise en scène et conseil en création : Carlota Ferrer. Musique originale et arrangements : Jose Manuel León, Alfredo Mesa, Juanfe Pérez. Avec : Olga Pericet (danse-, Jose Manuel León et Alfredo Mesa (guitares), Juanfe Pérez (basse), Roberto Jaén (percussions), Israel Moro (chant). Création de l’espace sonore : Sandra Vicente. Création lumière : Gloria Montesinos. Création costumes : Olga Pericet, Carlota Ferrer.

Mots-clefs de cet article

La chronique se veut reproduite du mieux possible. Afin d’émettre des observations sur ce document concernant le sujet « Ecole de Danse du Marais », veuillez contacter les coordonnées indiquées sur notre site internet. paris-dance.com est un agrégateur d’information qui garde différentes actualités publiées sur internet dont le thème central est « Ecole de Danse du Marais ». Pour vous faciliter la tâche, paris-dance.com vous partage cet article qui traite du sujet « Ecole de Danse du Marais ». Connectez-vous sur notre site internet paris-dance.com et nos réseaux sociaux dans l’optique d’être renseigné des futures publications.

Une lionne décevante à Chaillot
Retour en haut